vendredi 15 décembre 2017

Carnets dijonnais 9: Quand un chanteur rencontre un autre chanteur...



...ils parlent de chant ? Mmmm... pas seulement.




(cliquer sur les images pour agrandir)











Oui, le chanteur d'opéra aime parler en toute liberté de ses sécrétions corporelles.

Encore un beau mythe qui s'effondre. (Je suis désolée pour les pauvres lyricophiles pleins de purs idéaux qui ont eu le malheur de tomber sur mon blog...)



J'ai même failli signer mes dessins "Marie Kakalinine". Bon ok, je sors.

jeudi 14 décembre 2017

Carnets dijonnais 8: Liberté et fluidité sont les deux mamelles du beau chant.


(un petit clic sur l'image pour mieux lire !)









J'ai de la chance, sur ma production actuelle, j'ai un costume très très confortable. Mais c'est loin d'être le cas à chaque fois !! (corsets, perruques, chaussures improbables...)


mercredi 13 décembre 2017

Carnets dijonnais 7: "Une belle histoire d'amour"



Ah... certains employeurs ont l'art de nous faire si plaisir avec leurs compliments...








Comme dit la chanson:

"Paroles, paroles, paroles..."

samedi 2 décembre 2017

Carnets dijonnais 5: "Une plume acérée"



Suite logique du dernier dessin: mais QUI peut bien transformer notre sympathique chanteuse en espèce de petit monstre verdâtre et déprimé ? (bon, ok, en Gollum, chers lecteurs fans du Seigneur des Anneaux.)


Je n'arriverai jamais à comprendre quel plaisir certaines personnes peuvent trouver à crucifier un pauvre artiste qui a donné tout ce qu'il avait sur scène, même si le résultat n'est pas à la hauteur de leurs attentes.


Bref, voilà un dessin thérapeutique !














J'ajouterai tout de même que je connais beaucoup de personnes qui écrivent des compte-rendus de spectacles, et qui restent extrêmement gentilles, respectueuses et sensibles, et savent adoucir leurs propos lorsque la performance d'un artiste les a laissés sur leur faim. Merci à eux !



Aux autres, bouchers de la plume, je dirai comme Saint-Saëns: "Merde, re-merde et re-re-merde" !


vendredi 1 décembre 2017

Carnets dijonnais 4: "Lueurs d'espoir (ou pas)"



Avec ces pages 4 et 5 de mon carnet, voici un aperçu (très personnel) de toutes les étapes pré et post production d'opéra.













jeudi 30 novembre 2017

Carnets dijonnais 3: "...et les vaches seront bien gardées"




Un dessin, ma foi pas très marrant, et même assez féroce, mais ce sujet de conversation revient si souvent lors de nos discussions entre collègues...



(je précise que ce dessin n'a rien, mais alors RIEN à voir avec ma prod' dijonnaise ! L'ambiance est super, et mes collègues sont charmants et pas du tout "schtroumpfs à lunettes")










Je précise également que je ne me pose pas en donneuse de leçons, car ça m'arrive encore de commettre cette erreur de débutante, mais après, je me donne intérieurement une grande volée de baffes dans la gueule !



Et vous, quel est votre point de vue ? Faut-il se permettre de signaler les éventuelles erreurs à ses collègues ? Ou bien laisser le chef de chant/chef d'orchestre dire ce qu'il a à dire, et garder ses petites réflexions pour soi ?
(personnellement, je me dis toujours que si je commence à dire aux autres ce qu'ils font de travers, ils vont me rendre la pareille.... et là, on n'aura jamais fini !)

mercredi 29 novembre 2017

Carnets dijonnais 2: "Paroles de collègues: La banane du baryton"


Avec ce dessin, j'entame un nouveau sujet qui reviendra de temps en temps sur ce blog: l'illustration de répliques marrantes de mes collègues, entendues ici et là, en coulisses, en répétitions, en audition, et qui ont fait "tilt" dans mon petit cerveau.



Voici donc, comme promis, la page 2 de mon carnet dijonnais:






mardi 28 novembre 2017

Carnets dijonnais 1: "Heureux malheurs..."



Une nouvelle production, une nouvelle ville: les Contes d'Hoffmann à Dijon !

Je passe mes journées en mise en scène et/ou répétitions musicales, mais les idées de dessins sont au rendez-vous, et, du coup, les crayons ne chôment pas !!! (sans doute parce que je fais le rôle de la muse...)

Voici donc, dans l'ordre de leur apparition dans mon petit carnet que je trimbale partout avec moi, mes petites BD dijonnaises.


1ère page, donc: une mini BD consacrée à notre état de santé les jours d'auditions, que j'ai appelée "Heureux malheurs". Vous-y reconnaîtrez-vous ?













mardi 31 octobre 2017

Le sens de la mesure




Ah mais dites-donc, il me restait un petit dessin montpelliérain, oublié dans mes carnets ! (bon, évidemment, ce n'est pas du grand art, c'est un mauvais scan d'un dessin torché en quelques minutes de pause entre deux répétitions, dans ma loge...)




La situation ci-dessous est teeeeellement fréquente ! Je pense que ça rappellera quelques moments de solitude à la plupart de mes collègues ;-)












mardi 3 octobre 2017

Une production, du temps libre, un cerveau.


Je suis rentrée chez moi hier, après ce merveilleux mois rossinien à Montpellier.

La prod' est donc finie, mais mon stock de petits dessins faits dans ma loge, lui, ne l'est pas encore !



Voici donc une série de deux dessins, où nous abordons le thème, essentiel dans la vie d'un chanteur, du temps libre pendant le temps de répétitions et de représentations, loin de chez soi. Et si le rôle est petit, le temps libre est d'autant plus important, d'où l'intérêt de bien l'occuper !



























Eh oui, pour vraiment BIEN occuper son temps, quand on est fatigués, loin des siens, et coincés dans un petit studio, il faut être très très fort !


mercredi 27 septembre 2017

Italiana in Algeri: une histoire inédite de cartes de première !



...et voilà, la première de l'Italiana in Algeri, c'était hier soir ! Un bien belle première, avec rires fusant dans le public tout au long de la soirée, et toute la salle debout à la fin pour les applaudissements. Ca fait chaud au coeur :-)


Et maintenant, voici le moment de vous révéler non pas LA carte de première à laquelle ont eu droit mes collègues, mais DEUX cartes ! Le premier essai ayant subi un sort désolant. Je vous raconte.





Lors de la première répétition en costumes/maquillage/coiffure, j'ai pu voir fleurir sur mon visage un magnifique maquillage tribal avec cils géants peints sur mes paupières. Comme ceci:







Une idée de fausse pub pour du mascara extra-méga-super-allongeant m'est venue immédiatement, et j'ai dessiné ce qui suit:










...mais Ô rage Ô désespoir... dès la répétition suivante, tout mon maquillage a été modifié, et j'ai PERDU MES SUPER CILS GEANTS ! Et là, ce fut le drame. Ma carte était perdue, inutilisable, condamnée à un abandon éternel. Elle ne vivrait jamais ce merveilleux moment de la traditionnelle distribution à mes collègues le soir de la première. Cruel destin pour un pauvre petit dessin qui n'était coupable en rien, ma foi.
Hum, j'en fais un peu trop, là.


Bref, mon maquillage étant donc devenu bien plus traditionnel...








...j'ai dû chercher une nouvelle idée. Mais en attendant, j'ai tout de même passé l'entracte de la répétition générale à m'"autoportraitiser" façon BD:








Puis, miraculeusement, j'ai trouvé l'inspiration: notre décor représentant un avion écrasé dans la jungle, j'ai finalement gardé l'idée d'une fausse pub, mais cette fois-ci, pour une compagnie aérienne.

J'ai incrusté mon petit autoportrait dans une image libre de droits trouvée sur internet (en tapant "avion crash jungle", what else) 



Et....trrrrrrrr, roulements de tambours. Voici la carte qui a été distribuée hier soir:





(Pour ceux qui ne connaissent pas l'Italiana in Algeri, "Pappataci" est le titre fantaisiste dont on honore Mustafà, le vilain qui retient nos deux héros, jeunes et beaux tourtereaux, en esclavage; afin de le flatter... pour mieux s'échapper !) 




Et si vous voulez voir le fameux décor d'avion écrasé dans la jungle, voici un "timelapse" du montage du décor. (Bravo les équipes techniques, c'est très fort !!!)



 (adresse de la vidéo originale: https://www.youtube.com/watch?v=bQpR1Whs9Pk)

vendredi 22 septembre 2017

D'amour et d'eau fraîche


Bonjour, mes lecteurs chéris !

Je suis en pleine production de l'Italiana in Algeri de Rossini à l'opéra de Montpellier. Vous aurez donc la grrrrrande joie, les prochains jours, de découvrir les petits dessins concoctés dans ma loge entre deux passages sur scène.

Oui, j'ai pas mal d'inspiration en ce moment, et du coup, mes crayons et mes carnets me suivent toute la journée au théâtre. Le revers de la médaille étant que parfois, les carnets sont pourris, et le matériel artistique peut n'être qu'un misérable bic, comme pour la petite BD ci-dessous. La qualité n'est donc pas exceptionnelle, mais vous aurez peut-être l'impression d'être "sur le terrain" avec moi, du coup ?



Cette historiette m'a été contée il y a quelques jours par mon amoureux, et ma foi, je pense que la plupart des musiciens ont déjà vécu ce genre de situation. Vous voulez témoigner ? Vous êtes les bienvenus :-)




(CLIC sur l'image pour l'agrandir)




Ah... si ce genre de personnes pouvaient tomber sur mon blog, et se rendre compte du ridicule d'une telle question, ce serait une grande victoire !

vendredi 7 juillet 2017

Déformation professionnelle





Aaaah, l'opéra, l'opéra...quand ça nous prend, on ne vit que pour ça.


...jusqu'au ridicule, d'ailleurs.




















vendredi 17 mars 2017

Tranche de vie d'une Carmélite



Et voilà, je suis rentrée d'un mois et demi au couvent ! Je reviens à une vie normale, et à mes petits dessins.


Aujourd'hui, j'ai tenté de vous faire vivre mon expérience originale du port du voile en scène...
(comme d'hab', on clique sur les images pour les visualiser en grand)




Donc, un beau jour, j'entre dans ma loge:















...et en bonus, le cadeau spécial-retour-de-prod: ma légendaiiiire carte de première (autoportrait d'après un selfie, à l'aquarelle) !





mardi 31 janvier 2017

Le grand écart




  • 1er janvier: fin de "La Vie Parisienne" à l'opéra de Lausanne 



  • 6 février: début des "Dialogues des Carmélites" à l'opéra de Saint Etienne.



  • Entre les deux: se débarrasser le plus vite possible de la peau de la demi-mondaine offenbachienne pour essayer d'entrer dans la peau de la carmélite. Savoureux contraste...