samedi 24 décembre 2016

Un Noël offenbachien



Hier, c'était la première de La Vie Parisienne à l'opéra de Lausanne, où je tiens le rôle de Métella, et aujourd'hui c'est... Noël !

Je profite donc de cette double fête pour partager avec vous la carte de première que j'ai concoctée à cette occasion, et j'en profite pour vous souhaiter à tous de très bonnes fêtes de fin d'année !!










vendredi 25 novembre 2016

Discrétion et subtilité



Devinez ce que j'ai fait hier ?


(comme d'hab', cliquez sur la 1ère image et faites défiler pour voir la suite)


















bon, j'en rajoute un peu, hein, mais quand on sort dans la rue après ce genre d'exercice, on ressemble quand même toujours un peu à des épouvantails, même démaquillés, et après avoir tenté de décrêper les cheveux...

...et puis j'ai intégré mon chéri dans la narration pour les besoins de ma petite mise en scène, mais en vrai, je suis seuuuuuuuuule loin de chez nous !! ...et ça aussi, ça fait partie du métier.

mercredi 23 novembre 2016

A vos marques, prêts... début de prod' !


Je suis arrivée avant-hier à Lausanne pour une prod' de La Vie Parisienne (qui s'annonce superbe ! Youpiiii), et j'ai eu l'immense chance de ne pas commencer directement par la "musicale", mais par une lecture des dialogues, et une scénique.

Mais en général, un début de prod', ça ressemble plutôt à ça (un petit "clic" sur les images pour les agrandir !) :









mercredi 9 novembre 2016

Quoi, ma féminité ? Qu'est-ce qu'elle a, ma féminité ?



Soyons francs, l'idée de la beauté et du "chic" n'est pas la même selon qu'on soit né fille ou garçon.









Alors voilà... parfois, entre mes stocks de blush, de talons hauts, d'épilateurs, de boucleurs, de fonds de teint, de collants gainants, de vernis à ongles, de mascara, de bijous et d'anti-cernes, je me prends à rêver...




samedi 20 août 2016

Voyage sur notre (pauvre) bonne vieille terre


Cher public bien aimé,

Le dessin qui suit n'est pas précisément sur le thème de la scène, ou du "métier" de "chanteuse d'opéra" (oui, je mets des guillemets, puisque c'est pas tout à fait un vrai métier, enfin bref, je crois que vous êtes au courant), mais bon... ce "métier", donc, fait beaucoup voyager, alors comme c'est une brève de voyage, je vous la livre sans complexes.




J'étais donc dans mon iDTGV, et malgré mon mode de vie qui tend vers le "quasi-zéro-déchet", j'ai eu une grosse envie de café. Faut dire que les 4h de train, ça appelle la caféïne. Je me suis donc dirigée vers le bar, et ai commandé un café, en refusant le couvercle en plastoc, le sucre, et le petit-chocolat-qui-a-le-même-poids-en-emballage-qu'en-chocolat.

2h plus tard, rebelote. Halalaaaaa, faut que je travaille sur mes envies de café, moi. Vais prendre rendez-vous avec un psy, un naturopathe, un magnétiseur, je sais pas...

Bref, pour limiter les dégâts question emballages jetables, je prends avec moi mon gobelet en carton, et j'y vais courageusement, afin de demander mon 2ème café dans le même gobelet. Vous me suivez ?

Bon ben voilà, quoi:








Je suis retournée à ma place avec mon nouveau café dans son nouveau gobelet bien hygiénique, ne sachant pas trop si je venais de vivre un truc bien normal. Notre société est-elle si obsédée par la pseudo-hygiène des humains qu'elle en oublie l'hygiène de tout son environnement ?

J'ai donc pris mon vieux crayon pourri, le dos d'une partoche, et j'ai fait ce petit dessin un peu naze que vous avez pu admirer ci-dessus, comme une sorte de défoulement. Le tout photographié en direct-live avec mon téléphone (ouais, c'est pas tous les jours la fête du scanner, quand on voyage tout le temps). Vous en excuserez donc la qualité relativement dégueu. Mais comme ça vous aurez l'impression d'avoir vécu cette petite tranche de vie avec moi ;-)

jeudi 9 juin 2016

Aaaah, l'opéra, aaah, l'amour, aaaaaeeeuh, le chef.




Un opéra sans duo d'amour, c'est comme un gâteau sans cerise.

Mais un duo d'opéra n'a rien à voir avec une scène de bisou au cinéma. Voilà voilà...


(petits dessins faits entre deux répétitions de Carmen à Marseille, en bronzant sur ma terrasse. Oui, c'est dur, la vie d'artiste.)
















samedi 23 avril 2016

"Chanteuse d'opéra": grosse dame qui crie très fort.



Mais... pourquoi crie-t-elle si fort ??


Eh bien, sachez, chers lecteurs, que toute chanteuse beuglante a sans doute été, par le passé, une douce et tendre musicienne, qui suivait, bien obéissante, les nuances indiquées sur la partition.

Oui, mais ça, c'était avant.


Explications:

("clic" sur les images pour les agrandir !)

















(et, bien évidemment, dès que le metteur en scène a tourné les talons, tout le monde chante "pleine face" et "les doigts de pieds dans la fosse". Tout en subtilité, quoi.)

mardi 29 mars 2016

Une ribambelle de cartes de première !



Hello mes chers lecteurs !


Je viens de rentrer de 4 mois de vadrouille, occupés à chanter 3 opéras différents... et maintenant que j'ai retrouvé mon appartement, c'est le moment de partager avec vous mes traditionnelles petites cartes de première.





-J'ai commencé mon périple par un mois et demi à Nancy, où je chantais Vénus dans Orphée aux Enfers.

Dans le même esprit que , je suis arrivée persuadée que je serais une super bombasse en toge sexy... et en fait, le metteur en scène et le costumier ont décidé que tout les dieux et déesses seraient "nus, dorés, et obèses" (aaaargh). Décidément, le rôle de Vénus m'apporte de drôles de surprises...

Nous avons donc joué dans des costumes rembourrés qui simulaient des corps aux nombreux et impressionnants bourrelets scintillants (hhhhh faisait chaud là-dedans, mais le bon point, c'était que le spectacle était au moment des fêtes de fin d'année, et qu'on ressemblait vraiment à des boules de Noël !)

Voici donc le petit dessin que j'ai offert à mes collègues pour la première:

















-Ensuite je me suis envolée pour Monaco, où m'attendait une production de l'opéra de Catalani: La Wally.

Je jouais le rôle d'Afra, la propriétaire du bistrot local, qui passe son temps à servir des bières aux joyeux chasseurs tyroliens qui peuplent le plateau du théâtre, et à faire de l'oeil au mec dont Wally, l'héroïne de l'opéra, est amoureuse. (Oui, j'étais donc la vilaine rivale. Mais rassurez-vous, Wally finit par récupérer le gars qu'elle aime.)

Et comme le librettiste ne reculait devant rien, il a décidé de ne pas terminer son opéra sur un "beau duo d'amour-et-ils-vécurent-heureux-etc", mais par... une avalanche qui engloutit nos deux amoureux enfin réunis !

Trouver un petit jeu de mots pour mon dessin a donc été assez facile...













  








-Puis j'ai terminé par un mois et demi à St Etienne, pour Le Roi d'Ys de Lalo, et un super méga rôle de super méga méchante qui, débordant de jalousie envers sa soeur qui lui a piqué son mec, refuse le mariage que son père voulait lui imposer (pour faire une alliance politique et sauver le royaume), puis ouvre les écluses qui protégeaient la ville de la mer... et noie ainsi la ville et ses habitants. Rien que ça !

Donc mon petit cerveau a mouliné... hum hum... trouvons une idée marrante... voyons, voyons... Un jeu de mot avec "Ys" ? "Roi" ? "Océan" ? "Eau" ? Ahhhh oui, j'ai peut-être une idée. ...Non... je vais pas oser !

Eh ben si, j'ai osé.

Même pas honte.













vendredi 12 février 2016

Pour le Concert de la loge olympique, une réaction olympique. (oui, j'utiliserai le mot "olympique" autant que je voudrai, non mais)




Si vous n'avez pas entendu parler de cette histoire ubuesque, voici de quoi vous rattraper, avant tout. Sinon vous ne comprendrez rien à mon dessin.




La résistance à la stupidité par le dessin n'est pas grand-chose, mais on fait ce qu'on peut...
(surtout quand on est loin de chez soi, avec juste un carnet de dessin et un appareil photo pourri)