samedi 2 décembre 2017

Carnets dijonnais 5: "Une plume acérée"



Suite logique du dernier dessin: mais QUI peut bien transformer notre sympathique chanteuse en espèce de petit monstre verdâtre et déprimé ? (bon, ok, en Gollum, chers lecteurs fans du Seigneur des Anneaux.)


Je n'arriverai jamais à comprendre quel plaisir certaines personnes peuvent trouver à crucifier un pauvre artiste qui a donné tout ce qu'il avait sur scène, même si le résultat n'est pas à la hauteur de leurs attentes.


Bref, voilà un dessin thérapeutique !














J'ajouterai tout de même que je connais beaucoup de personnes qui écrivent des compte-rendus de spectacles, et qui restent extrêmement gentilles, respectueuses et sensibles, et savent adoucir leurs propos lorsque la performance d'un artiste les a laissés sur leur faim. Merci à eux !



Aux autres, bouchers de la plume, je dirai comme Saint-Saëns: "Merde, re-merde et re-re-merde" !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire