jeudi 24 février 2022

Heu ! heu !

 

Et voilà, encore une belle aventure qui se termine. 

Je viens de rentrer de 3 semaines à l'Opéra de Lille, pour la reprise de la très belle production de l'Enfant et les Sortilèges de Ravel, dans la mise en scène de James Bonas, accompagnée par les splendides et féériques animations dessinées par Grégoire Pont (allez voir son travail, c'est magique), qui illustrent à merveille cette jolie histoire, accompagnent les interprètes dans leur narration, et emportent le spectateur dans ce monde étrange et si beau imaginé par Colette et Ravel.

Une merveille, je vous dis, une merveille ! 

Et une joie sincère de retrouver cette mise en scène, que j'avais découverte en janvier 2020 à l'opéra de Limoges (https://chanteusedopera.blogspot.com/2020/01/chimere-ravelienne.html)

J'y chantais donc de nouveau les rôles du Pâtre, de la Chatte, et de l'Ecureuil.

Ce qui m'a fait bien marrer, c'est la didascalie à propos du passage où je chante l'écureuil. En ces temps marqués par le Covid, les masques, les autotests, les vaccins, et ces regards suspicieux dès qu'on entend un quelconque raclement de gorge; cette indication m'a tout de suite fait "tilt".




Voici donc ma carte de première d'écureuil covidé:





samedi 22 janvier 2022

Gestes barrières


 Dans le monde du spectacle, on se mouche pas du coude. Enfin maintenant si. Bien obligés.





Inspiré d'un grand moment de fou-rire dans les coulisses de La Vie Parisienne au Théâtre des Champs-Elysées avec ma soeur de scène, Louise, qui m'a inspiré ce petit dessin.


Ca m'a rappelé mes années d'école primaire, où les cartes "les crados" faisaient fureur dans la cour de récré. Et l'image qui correspondait à mon prénom était prémonitoire:




Ah, ça nous rajeunit pas, tout ça.